ÉTUDES - CONCOURS
Contournement nord – ANNECY (74)
A 51 – GRENOBLE (38)
Entrée du pôle hospitalier – BRON (69)
RD 1201 – SEYNOD (74)
Charte du territoire – VIVARAIS MERIDIONAL (07)
Projet de Paysage Prioritaire – ARVE (SUISSE)
« Les Parties » – YVERDON-LES-BAINS (Suisse)
Plaines du Loup – LAUSANNE (Suisse)
Croix de Vérines – ECHIROLLES (38)
Projet Albertville 2030 – ALBERTVILLE (73)
Malacher nord – MEYLAN (38)
Plan local d’urbanisme – ALBERTVILLE (73)
Quartier Grand Clément – VILLEURBANNE (69)
Friche industrielle de Morey – CUISEAUX (71)
Chef-Lieu – ENTREMONT (74)
ZAE Sud – BOURG-EN-BRESSE (01)
Secteur embarcadère – MONTCEAU-LES-MINES (71)
Saint-Maurice Nord – SAINT-LAURENT (GUYANE)
Quartier Saint-Antoine et Hibiscus – CAYENNE (GUYANE)
Front de mer – CAYENNE (GUYANE)
Insertion pont sur l’Oyapock – SAINT-GEORGES (GUYANE)
Quatre nouvelles baies – TRIPOLI (LIBYE)
Station balnéaire – PORT BARCARES (66)
Étude prospective urbaine – GRENOBLE (38)
Rocade Nord Casamaures – GRENOBLE (38)

PLAINES DU LOUP, LAUSANNE (Suisse)

Projet sur le concours d’urbanisme pour la réalisation d’un écoquartier sur le site des Plaines du Loup se fonde sur une double trame humaine et naturelle permettant d’intégrer le paysage à la ville. Le chemin de l’eau est valorisé dans le masterplan comme fil directeur d’animation des espaces.
Surface : 33 ha
Mission : Concours de projets d’urbanisme 2010
Maîtrise d’ouvrage : Ville de Lausanne
Équipe : ADP Dubois, Atelier Paris architecture,  Alette Ortys & Sandra Robyr architectes urbanistes, B+C ingénieurs

Notre démarche est respectueuse de l’existant, du potentiel qu’offre le site sur lequel se développe le projet. L’écoquartier des Plaines-du-Loup vient s’intégrer à la ville et au paysage : il va permettre d’intégrer non seulement la ville à la ville, mais encore le paysage à la ville.

C’est une double trame, humaine et naturelle qui va traverser les Plaines-du-Loup, une trame dont le fil directeur peut être un troisième élément, le fil de l’eau : quartier tourné vers le ciel, en plateaux, il recueille les eaux pluviales qui s’écouleront vers les ruisseaux. Le chemin de l’eau est dessiné au mieux pour utiliser sa richesse : pour cultiver, jardiner et offrir agrément et jeux pour les hommes, mais aussi ménager des milieux favorables aux animaux et aux plantes.

La nature au sens large fonde le projet, pour ses multiples valeurs : écologiques (dépollution, biodiversité, régulation climatique), de confort (ombre, acoustique, température), sociale (pratique et vécu de la ville, esthétique), économique (attraction foncière, mise en oeuvre).