ÉTUDES - CONCOURS
Contournement nord – ANNECY (74)
A 51 – GRENOBLE (38)
Entrée du pôle hospitalier – BRON (69)
RD 1201 – SEYNOD (74)
Charte du territoire – VIVARAIS MERIDIONAL (07)
Projet de Paysage Prioritaire – ARVE (SUISSE)
« Les Parties » – YVERDON-LES-BAINS (Suisse)
Plaines du Loup – LAUSANNE (Suisse)
Croix de Vérines – ECHIROLLES (38)
Projet Albertville 2030 – ALBERTVILLE (73)
Malacher nord – MEYLAN (38)
Plan local d’urbanisme – ALBERTVILLE (73)
Quartier Grand Clément – VILLEURBANNE (69)
Friche industrielle de Morey – CUISEAUX (71)
Chef-Lieu – ENTREMONT (74)
ZAE Sud – BOURG-EN-BRESSE (01)
Secteur embarcadère – MONTCEAU-LES-MINES (71)
Saint-Maurice Nord – SAINT-LAURENT (GUYANE)
Quartier Saint-Antoine et Hibiscus – CAYENNE (GUYANE)
Front de mer – CAYENNE (GUYANE)
Insertion pont sur l’Oyapock – SAINT-GEORGES (GUYANE)
Quatre nouvelles baies – TRIPOLI (LIBYE)
Station balnéaire – PORT BARCARES (66)
Étude prospective urbaine – GRENOBLE (38)
Rocade Nord Casamaures – GRENOBLE (38)

PROJET ALBERTVILLE 2030, ALBERTVILLE (73)

Proposer une stratégie de recomposition urbaine du centre ville élargi
pour inscrire la ville dans les mutations urbaines à venir.
Surface : 100 ha
Mission : étude 2009
Montant prévisionnel : 25 000 € HT
Maîtrise d’ouvrage : Ville d’Albertville – M. Jacquet (04 79 10 43 78)
Équipe : ADP DUBOIS, AKTIS urbaniste, Setis environnement

 

Le site d’Albertville à la confluence de l’Arly et de l’Isère constitue un paysage remarquable au pied des grands massifs et forêts alentours.
Cette richesse doit être un moteur pour le développement et la recomposition de la ville intégrant une trame paysagère garantissant des continuités visuelles et piétonnes de la ville à son territoire.
La recomposition du centre ville est l’occasion de faire entrer le végétal dans la trame urbaine, d’assurer les connexions entre les grands espaces ouverts (Esplanade, coteaux) et les lieux d’habitations. La mise en place de bandes plantées, de noues, de cœurs d’îlots végétalisés permet d’amorcer une gestion durable de la ville notamment pour la récupération des eaux pluviales et les déplacements en mode doux, garantissant un cadre de vie de qualité.
Les places urbaines doivent être redéfinies pour retrouver des lieux d’animation et d’appropriation jalonnant l’espace urbain.
L’opportunité offerte par l’espace du Pénitencier permet l’installation d’un écoquartier qui respecte la nature, en proposant une densité, une diversité de volumes, une mixité sociale, une variété programmatique  ainsi qu’ en mettant en œuvre des techniques pour économiser l’eau et l’énergie.