ÉTUDES - CONCOURS
Contournement nord – ANNECY (74)
A 51 – GRENOBLE (38)
Entrée du pôle hospitalier – BRON (69)
RD 1201 – SEYNOD (74)
Charte du territoire – VIVARAIS MERIDIONAL (07)
Projet de Paysage Prioritaire – ARVE (SUISSE)
« Les Parties » – YVERDON-LES-BAINS (Suisse)
Plaines du Loup – LAUSANNE (Suisse)
Croix de Vérines – ECHIROLLES (38)
Projet Albertville 2030 – ALBERTVILLE (73)
Malacher nord – MEYLAN (38)
Plan local d’urbanisme – ALBERTVILLE (73)
Quartier Grand Clément – VILLEURBANNE (69)
Friche industrielle de Morey – CUISEAUX (71)
Chef-Lieu – ENTREMONT (74)
ZAE Sud – BOURG-EN-BRESSE (01)
Secteur embarcadère – MONTCEAU-LES-MINES (71)
Saint-Maurice Nord – SAINT-LAURENT (GUYANE)
Quartier Saint-Antoine et Hibiscus – CAYENNE (GUYANE)
Front de mer – CAYENNE (GUYANE)
Insertion pont sur l’Oyapock – SAINT-GEORGES (GUYANE)
Quatre nouvelles baies – TRIPOLI (LIBYE)
Station balnéaire – PORT BARCARES (66)
Étude prospective urbaine – GRENOBLE (38)
Rocade Nord Casamaures – GRENOBLE (38)
ZAE SUD

ZAE SUD, BOURG-EN-BRESSE (01)

Étude opérationnelle urbaine, paysagère, environnementale et d’infrastructure
pour la maîtrise du développement économique de l’agglomération.
Surface : 60 ha
Mission : étude 2011
Montant  : 98 900 € HT
Maîtrise d’ouvrage : CAP 3B – Patrick Bourrasaut
Équipe : ADP DUBOIS, UP2M, programmiste urbaniste, TransFAIRE développement durable, INTERVIA études

 

Au-delà des enjeux économiques classiques, la création du Parc d’activité économique Bourg Sud constitue une démarche innovante et exemplaire à plusieurs titres :
- Une insertion privilégiée et réfléchie dans son contexte :  véritable porte d’entrée du bassin de Bourg-en Bresse, l’aménagement a pour vocation d’améliorer la qualité paysagère et la cohérence de ce secteur victime jusqu’à présent d’une urbanisation désordonnée.
- Limiter son empreinte : en opposition avec la logique de «page blanche», l’un des enjeux majeurs a été de s’inscrire en continuité avec les trames existantes : trames viaires mais aussi la trame verte et la trame bleue, prenant appui sur le vocabulaire agricole existant. Pour cela, une étude paysagère poussée a amené une insertion optimisée dans le maillage bocager existant et au maintien des vues sur le  Revermont.
- L’inclusion de l’activité économique agricole : habituellement supprimée voire exclue, les zones agricoles, garante d’un paysage de qualité, ont été conservées à l’intérieur du périmètre de la ZAC, les pérennisant et valorisant les aménagements.
- Une conception durable par l’approche environnementale de l’urbanisme : toutes les dimensions du projet ont été considérées : préservation de la flore et de la faune, sauvegarde des haies, mise en valeur des espaces naturels sensibles (zones humides), reméandrage de la Leschère…
- La réalisation d’un aménagement de qualité : une véritable stratégie végétale a été mise en place aboutissant à l’intégration de la RD1075, et surtout à la création future d’une armature plantée structurante et cohérente à l’échelle de la ZAC.